De l’art de préparer une thèse en étant malade chronique

Je n’étais pas partie pour faire une thèse. Je n’étais même pas partie pour faire des études longues. Encore adolescente, à la fin du collège, je rêvais de passer mon CAP Photographie pour me dédier à ma passion. Comme beaucoup, j’ai reçu en réponse de la part de mes parents et de l’Education nationale : “passe ton bac d’abord !” Alors j’ai passé mon bac, et je suis entrée en école d’art plutôt qu’en CAP, résistant cette fois à mes profs qui espéraient me voir faire une prépa littéraire. Je me suis rapidement rendue compte que la voie dont j’avais rêvé n’était pas celle qui me convenait dans la réalité. En plus de cela, les premiers symptômes de ma maladie se sont déclarés, et poursuivre un cursus étudiant s’est compliqué. Je me suis réorientée à l’université, où il était plus facile pour moi d’adapter mes études. En dernière année de licence, j’ai fait le choix de la voie professionnelle avec pour projet de m’arrêter là, et de construire rapidement une vie active compatible avec ma santé à ce stade vraiment défaillante. On venait de me diagnostiquer une fibromyalgie après plusieurs années d’errance médicale, et j’étais épuisée.

Continuer la lecture

Méta-Inspirations #3

Troisième édition des Méta-Inspirations, un format dans lequel je vous partage tout ce qui m’a touchée, inspirée, aidée à avancer dans mes recherches (mais pas seulement). La sélection est plus courte que les précédentes, la faute au manque de temps (et à la difficulté de combiner le travail de thèse avec une mauvaise santé, ce dont je vous reparlerai dans un prochain billet). Au programme pour cette fois : un mix de productions culturelles, entre littérature et œuvres de notre enfance. Bonne lecture !

Tobie Lolness adapté en série, ou la nostalgie de l’enfance

Ces trois derniers mois, France TV a mis en ligne les 22 épisodes de son adaptation en série animée du roman en deux tomes Tobie Lolness, de l’auteur de littérature jeunesse Timothée de Fombelle. Je ne sais pas pour vous, mais cette aventure d’un tout petit garçon habitant dans un arbre est l’une des histoires qui a le plus marqué mon enfance. J’y repense très souvent depuis, car je crois que ma passion adulte pour la littérature jeunesse s’est fortement nourrie de la nostalgie de ces œuvres qui ont marqué mon enfance, et que j’ai eu envie par la suite de décortiquer. Je n’ai jamais eu l’occasion de travailler sur les romans de Timothée de Fombelle, mais quel plaisir de pouvoir s’y replonger par le biais de l’animation. Pour ne rien gâcher, c’est une série d’une très grande qualité visuelle, qui n’a cessé de m’émerveiller tout au long du visionnage !
Pour la regarder, c’est par ici.

Disney, ou la nostalgie de l’enfance bis.

En janvier, j’ai eu l’occasion, pour célébrer mes 28 ans, de me rendre pour la première fois de ma vie à Disneyland Paris. Un rêve d’enfant qui se réalisait une fois adulte, ce qui induit forcément de le vivre un peu différemment. Au-delà de la magie ressentie ce jour-là, j’ai aimé pouvoir poser un regard critique sur cet attachement pour Disney qui ne m’a jamais quittée, grâce à un excellent article d’Hélène Breda paru dans la Revue française des Sciences de l’information et de la communication. C’est une analyse qui parlera à tous les fans de Disney, et qui ne retire rien à la magie en la décortiquant. µ
Un attachement culturel ever after ?

L’Art de perdre, encore un peu de nostalgie ?

Dans le corpus des mises en scène que j’étudie dans le cadre de ma thèse se trouvent deux adaptations du roman L’Art de perdre, d’Alice Zeniter, primé du Goncourt des Lycéens en 2019. On suit dans ce texte Naïma, dont le grand-père Ali a quitté l’Algérie pour la France en 1962. A travers le besoin de Naïma de connaître l’histoire de sa famille et de questionner ses origines algériennes, on en apprend énormément sur la guerre d’indépendance en Algérie, et la vie des algériens et algériennes en France après cette période. Un texte passionnant, une fresque familiale en trois parties liées par la notion de transmission, qui constitue un véritable défi d’adaptation. J’ai eu la chance de voir les deux à un mois d’intervalle, un timing parfait pour mener une analyse comparée. Pour la compagnie Filigrane 111, le metteur en scène Cyril Brisse a puisé dans la forme du théâtre documentaire et proposé, tout en respectant la chronologie du récit, un élargissement du regard par l’apport de témoignages. De son côté, au sein de la compagnie Ronde de nuit, la metteuse en scène Sabrina Kouroughli a pris le parti d’une plus grande liberté avec le texte, n’hésitant pas à en mélanger les étapes pour se concentrer sur les relations familiales entre les personnages. Transmission politique dans l’une, transmission intime dans l’autre, ces deux visions du roman se complètent parfaitement. La seconde est toujours en tournée, les dates sont sur le site de la compagnie.

EnExDi : retour d’expérience sur une formation en humanités numériques

Il y a tout pile un an, en janvier 2023, je partais pour une semaine à Poitiers : mon premier gros déplacement dans le cadre de ma thèse, non pas pour un colloque (c’était un peu tôt pour ça), mais pour une formation recommandée par ma directrice de thèse. EnExDi (pour Encoder, Exploiter, Diffuser) est une formation intensive sur les humanités numériques dans les projets de recherche. Elle s’adresse aux jeunes chercheuses et chercheurs en doctorat ou post-doctorat en sciences humaines et sociales, qui souhaitent découvrir les méthodes et pratiques des humanités numériques pour enrichir leur travail de recherche. Un programme passionnant, mais dans lequel, pour être honnête, je n’étais pas sûre initialement de trouver ma place.

Continuer la lecture

Méta-Inspirations #2

Deuxième édition des Méta-Inspirations, un format dans lequel je vous partage tout ce qui m’a touchée, inspirée, aidée à avancer dans mes recherches (mais pas seulement). Au programme cette fois, du théâtre, de la littérature, de la poésie, et une formation que je vous recommande vivement si vous débutez des recherches en lien avec les humanités numériques. Bonne lecture !

Continuer la lecture

Le “parcours du document”, mon système bien rôdé d’organisation bibliographique

J’ai toujours eu le goût de l’organisation, et l’envie dans chaque domaine de ma vie de mettre en place les outils et les techniques qui me permettraient d’être efficace, de m’y retrouver (et de retrouver des informations même après plusieurs mois), sans que cela soit une charge trop importante au quotidien. Quand j’ai débuté ma thèse, j’ai aussitôt commencé à appliquer ces principes à chacun de ses aspects. Le premier à en bénéficier, et peut-être aujourd’hui encore le plus important, est ma bibliographie. De la veille documentaire à l’intégration dans la bibliographie finale, j’ai mis en place une sorte de “parcours du document” qui varie peu quelle que soit sa nature (ouvrage, article, conférence, etc.). J’utilise cette méthode depuis plus d’un an à présent, et j’en suis très satisfaite. A l’époque, je m’étais inspirée des méthodes partagées par d’autres personnes sur leur carnet ou leurs réseaux, et cela m’avait facilité la tâche, en plus de m’inspirer. J’ai donc eu envie de vous partager à mon tour ce parcours du document si précieux dans mon organisation.

Continuer la lecture

Méta-Inspirations #1

Régulièrement, au fil de ma veille documentaire ou par le hasard des réseaux sociaux, je déniche des informations, des lectures, des découvertes diverses et sans lien direct avec mon sujet de thèse, mais qui me parlent ou me plaisent tant que j’ai envie de les partager malgré tout. Je suis persuadée que notre esprit a besoin de diversité pour se nourrir pleinement et construire une réflexion riche. J’inaugure donc sur ce carnet de recherche la catégorie des Méta-Inspirations : tout ce qui m’a inspiré ces dernières semaines, en ligne ou dans la vraie vie, et que j’ai envie de vous transmettre. Bonne lecture de ce premier numéro !

Continuer la lecture

J’ai (un peu) changé de sujet de thèse !

Un mois après mon premier comité de suivi de thèse, me voilà aujourd’hui officiellement inscrite en deuxième année ! Jusqu’à quelques semaines avant ma rencontre avec le comité, j’étais persuadée de tenir mon sujet, de l’avoir suffisamment affermi pour me plonger en deuxième année dans son analyse approfondie. C’était sans compter une nouvelle activité en parallèle de mes recherches, qui m’a offert un nouveau regard sur mon corpus, faisant naître de nouvelles hypothèses, et ainsi de suite. Bref, j’ai préparé deux plans de thèse pour mon comité : un premier adapté au sujet tel que je l’avais initialement imaginé, cohérent avec mes recherches de première année ; et un second qui prenait beaucoup de libertés, proposait de retourner le sujet et de retourner dans le corpus. C’était encore un peu flou, mais c’est ce second plan que j’ai choisi de présenter. Depuis, la réflexion s’est décantée, et j’ai formulé plus clairement les hypothèses et les enjeux de ce que je peux définitivement appeler mon nouveau sujet. Il n’est pas fondamentalement éloigné du premier, mais quand même. Il m’a donc semblé pertinent de faire le point sur cette évolution, pour mieux comprendre comment j’en suis arrivée là, et identifier ce qui reste encore à préciser.

Continuer la lecture

Le théâtre jeune public, espace de construction du monde à venir

Ce billet est la retranscription d’une communication que j’ai donnée le 12 mai 2023 à l’Université Paul Valéry de Montpellier, à l’occasion des Journées d’études doctorales Transmission, formation et transformation : vers une nouvelle façon d’habiter le monde organisées par les doctorant·es du laboratoire ReSO. Je les remercie encore pour cette opportunité : il s’agissait de ma première communication en dehors de mon université, et j’ai pu la présenter dans un cadre bienveillant et intéressé. Ces journées d’études ne donnant pas lieu à une publication, j’ai choisi de mettre en ligne ma communication sur ce carnet pour en garder une trace1 et la valoriser.

Continuer la lecture
  1. D’autant qu’avec quelques mois de recul, j’en perçois toutes les limites théoriques, et il me semble important de documenter ma progression sur ce plan []

Donner un cours de remise à niveau en français : retour d’expérience

Il y a tout pile un an aujourd’hui, mon inscription en thèse était validée, et j’entamais cette nouvelle étape de ma vie sans trop savoir à quoi elle allait ressembler. Depuis, j’y ai beaucoup progressé, comme je l’ai raconté ici à plusieurs reprises. Mais jusqu’à présent, je n’ai pas eu l’occasion de revenir sur l’une des parties les plus importantes de mon doctorat : l’opportunité de donner cours à des étudiant·es. Pendant ma première année de thèse, j’ai eu cette occasion grâce au service de l’Université où je travaillais comme contractuelle avant d’obtenir mon contrat doctoral. En effet, aucun enseignement dans ma discipline, parmi ceux que je maîtrisais, n’était disponible pour que j’en devienne responsable. En revanche, l’une de mes anciennes collègues, qui organise un enseignement transversal pour les étudiant·es de Licence 1, a fait appel à mes compétences. Il s’agissait de les accompagner dans une démarche de remise à niveau en langue française, pour acquérir un niveau de langue écrite et orale soutenu, attendu à l’Université, mais qui leur faisait parfois défaut.

Continuer la lecture

Six mois de doctorat : premiers regards sur une expérience nouvelle

Le titre de ce billet est quelque peu trompeur : il masque le fait que je le rédige avec quelques mois de retard. En effet, c’était en mars que je fêtais les six premiers mois de mon expérience de doctorante. Nous voilà déjà en juin, mais entre temps j’ai dû faire face à la maladie, comme je l’expliquais dans mon billet précédent, et à bien d’autres choses qui ont repoussé le moment de faire ce bilan. Je fais donc le choix, ici, d’essayer de revenir mentalement quelques mois en arrière, et de me concentrer réellement sur les six premiers mois de ma thèse. Depuis, elle a pris de nouveaux chemins, s’est déployée vers une nouvelle voie théorique, et cela mériterait un article de blog à part entière. Il viendra d’ailleurs peut-être un peu plus tard, car coucher cela par écrit serait une bonne préparation à mon premier CSI qui aura lieu en septembre. Mais pour aujourd’hui, remontons dans le temps au mois de mars dernier, lorsque j’ai jeté un œil en arrière pour constater le travail accompli dans les six premiers mois, et tout ce qu’il m’avait apporté.

Continuer la lecture